Homo mobilis : du concept nomade

Publié le 27 Mai 2008

Dans les entreprises, le concept de "bureau nomade" émerge, bien plus d'ailleurs que celui du télétravail qui reste quant à lui désespéremment freinée par le besoin du manager de garder un oeil sur ses troupes. Le concept de "l'homo mobilis", succèdant à l'ère de "l'homo sapiens", influe inexorablement sur le monde du travail, avec des habitudes nomades qui tendent à s'imposer. L'étude récente de The Economist souligne bien la mutation à laquelle nous sommes en train d'assister en raison des communications mobiles (voir aussi l'analyse d’Hubert Guillaud sur InternetActu).  La généralisation des moyens de communication tels que l'informatique, le haut débit, le téléphone mobile, crée les conditions pour le travail à distance de manière occasionnelle ou permanente. Dans certains grands groupes précurseurs, le bureau nomade est un mode de travail déjà bien installé même si réservé pour le moment à certaines professions. Les commeciaux, les fonctions de support avant et après ventes se partagent ainsi un bureau de passage avec l'essentiel des informations utiles à l'entreprise désormais concentré sur un ordinateur portable, voire un téléphone mobile. Pour les fonctions encadrantes de back-office (administratif), les journées de travail au domicile ou à l'éxtérieur se font de moins en moins rares. La raison principale évoquée par ces nouveaux cadres dynamiques adeptes du télécocooning : "la chasse aux mètres carrés" qui aboutit à des espaces de travail réduits et une promiscuité avec les équipes du même service assez mal vécues. On travaille partout : dans le train, dans un MacDo, à l'hôtel, dans un café, pourvu qu'on puisse accéder à sa méssagerie. On communique partout, sur tout avec tous.

Rédigé par sandrine charpentier

Publié dans #Buzz news

Repost 0
Commenter cet article