Le futur des RP ressemblera-t-il encore à des RP ?

Publié le 17 Septembre 2013

5b552094ad9208e991469fa6e1ddcf57.jpg

L’infographie sur l’évolution du métier des PRs réalisée par l’agence PR américaine Inkhouse, a fait son buzz sur la toile (et récemment son Re-buzz suite à une publication sur le blog professionnel Culture-RP), mettant l’accent sur une réalité qui fait le quotidien de toute agence RP, quel que soit le secteur et quelle que soit la mission.

En effet, si il y a encore quelques années les RP digitales étaient le « dada » des agences évoluant dans le secteur high-tech ou la « danseuse » des agences visionnaires :), il est aujourd’hui un constat qui fait foi : pas de RP sans plan d’actions prenant en compte la « digitalisation » de l’environnement médiatique et l'avènement des plateformes sociales.

Le visage des RP est en mutation profonde, réorientant le focus de la communication presse à la communication d’engagement, en augementant significativement les espaces d’expression publics online et offline.  

Les relations presse, voire « publics », intègrent les nouveaux médias, les techniques de SEO, les outils interactifs que sont les newsrooms, les Social Media Press Release, les présentations en Motion design, les infographies, les dispositifs de buzz viraux… Et tout ce que la communication digitale peut offrir en nouvelles opportunités de prise de parole, tant sur le fond (brand content) que sur la forme (communication digitale).

Les agences RP font ce qu’elles savent faire le mieux.

Elles exploitent l’environnement digital et les potentiels infinis du web pour tisser, élargir leur toile d’influence et ainsi gérer une stratégie d’information qui dépasse les frontières des médias traditionnels et des territoires physiques.

Les RP s’internationalisent à l’instar du business global et les RP se digitalisent à tout va. Tout devient RP. La communication digitale, la communication sur les réseaux sociaux avec en ligne de mire l’acquisition et l’engagement de fans

Les fans ne sont-ils pas des publics d’influence qui, si réunis dans une démarche d’expression commune, peuvent se faire entendre haut et fort, parfois plus qu’un grand média, s’il est isolé ?

Les RP, c’est aussi une réflexion sur l’image de l’entreprise, sur sa relation avec ses leaders d’opinion, multiples et de plus en plus difficiles à toucher dans un monde interconnecté et multi-media.

Aujourd’hui, on ne mesure plus simplement l’audience et l’équivalence publicitaire. On parle aussi de mesure de sentiment, de part de voix, de niveau d’engagement et/ou de participation…

Quelle est la limite alors? Qui la fixe ? Faut-il s’interroger sur nos champs de compétences, jusqu’où vont-elles ? Faut-il encore des agences RP « purplayers » ?

Le sujet mériterait-il d’être débattu ?  A vos commentaires…

 

 

Rédigé par sandrine charpentier

Publié dans #Relations Presse

Repost 0
Commenter cet article