Quand la communication régit le Monde

Publié le 8 Mai 2010

images-copie-1.jpgQuelle notation pour la Grèce,l'Espagne, l'italie, la France ? A quel taux les autres pays vont-ils nous prêter ? Tout cela dépendra de la capacité des gouvertements et des hommes politiques à communiquer. Communiquer pour rassurer, rassurer pour une notation qui permettra  aux états européens de rester dans la course (voir la chronique de Dominique Thiebaut - sur Challenges.fr). A tous ceux qui disent que la communication est du vent, je réponds avec l'exemple d'aujourd'hui que la communication c'est de l'argent. Beaucoup d'argent. Et c'est aussi l'avenir des Etats sur lesquels à cette heure, pèse l'épée de Damocles. Pas étonnant alors que nos chefs d'états se démènent à coups d'annonces et de colère pour redresser la barre, ou tout du moins, tenir le cap (voir article de La Tribune). Nous revoilà dans l'utilisation d'une communication accusatrice envers les méchants marchés financiers contre lesquels il est temps de reprendre le pouvoir. Et comment le reprendre si ce n'est pas la communication ? Rassurer les marchés, c'est stabiliser les taux...

Un autre exemple de communication toute puissante, celui de BP veut dépolluer son image à coup de grandes campagnes de RP et de communication "de proximité" (voire article paru dans le Monde et signé Corine Lesnes). BP est partout, sur tous les fronts, bouge, parle, promet "Nous sommes responsable, il faut payer". Waouh, BP se place presque comme le sauveur (ont-ils recruté Will Smith ?). De quoi faire oublier que même si les hommes pardonnent, la nature elle ne pardonnera pas. Alors si après tout ça, on maintient que la com c'est du vent... Je veux bien changer de métier !

Rédigé par sandrine charpentier

Publié dans #Communication

Repost 0
Commenter cet article