RP, de la technique oui, mais avant tout de la créativité !

Publié le 27 Juillet 2012

Fotolia 4322399 XS

 

Je ne vais pas refaire l’inventaire des missions et de l’évolution du métier des relations presse/publics, d’autres s’en sont très bien chargés avant moi – comme par exemple Clara Moreno consultante médias, qui nous livre ici une vision 360° du quotidien du consultant RP.

Mon billet de ce jour (veille de vacances oblige), j’ai voulu le consacrer à la créativité des RP, thème largement évoqué dans l’excellent livre blanc édité par L’Observatoire des RP de l’Argus de la presse à lire ici. 

Parce qu’on voit les RP comme un métier avant tout technique, avec des codes, des règles, des outils, des fichiers, je veux pouvoir démontrer que les RP, c’est désormais surtout de la créativité.

Comment un expert des RP peut-il se distinguer d’un autre expert des RP, expert des listings presse, roi des invitations à déjeuner, maître des relances, auteur de communiqués au style littéraire hautement apprécié et de tweets qui vous captivent en moins de 140 caractères ?
Comment peut-il capter l’attention des journalistes, faire gazouiller les influenceurs du web, et s’assurer d’un message correctement orienté et largement repris par les médias et autres faiseurs d’information ?    


A l’instar de Michel et Augustin, ou d’autres petites marques devenues grandes qui ont su prendre des risques et bousculer les codes établis, la créativité est un facteur essentiel du bruit médiatique.


Faut-il pour autant tomber dans la culture du TOUT BUZZ ?


Pas forcément, la recette a fait succès mais ici encore, le buzz ne reste qu’une technique, et c’est l’idée qui se cache derrière la mécanique promotionnelle qui assurera son impact auprès des médias. Pour raisonner, il faudrait d’abord… penser à raisonner.

Avant la mécanique, il faudrait penser, penser et penser encore pour laisser libre cours à la créativité, aller la chercher, aussi loin soit-elle.


La créativité, c’est d’abord se poser des questions, DOUTER, oublier nos modèles pour en imaginer de nouveaux, oublier qu’avec cette dernière idée lumineuse, on avait c’est vrai, réussi à transformer l’essai. Parce qu’en reproduisant trop facilement les modèles qui gagnent, ils finissent par ne plus du tout gagner. Parce que trop vus, parce que trop courus.
 

Stopper cette frénésie de faire ce que tout le monde fait pour explorer de nouveaux chemins. Et s’ils n’existent pas, inventons-les !


Le bruit médiatique est constant, imposant, épuisant, excitant, fascinant, lancinent, étourdissant, éblouissant... Il nous impose l’exigence ultime de la créativité.


Une bonne campagne RP, basée sur des fondamentaux techniques, peut certes s’avérer être une bonne campagne. Mais une très bonne campagne RP ne peut exister sans créativité.
Michel et Augustin ont su bousculer les codes, comprendre ce qui ferait leur différence, s’engager dans une voie inexplorée, à leur manière, avec les doutes que les pionniers traversent.


Apprenons à nos clients à douter davantage, pour remettre un peu plus de créativité dans nos rangs, et un peu moins de technique… en tout cas au début de la réflexion, la technique viendra bien assez tôt, pour anticiper les risques et assurer le succès des phases opérationnelles.

Ca tombe bien, les vacances arrivent… Un moment privilégié pour cultiver le doute, et la créativité !

 

Rédigé par sandrine charpentier

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article